Aller au contenu principal

Nouvelles recommandations pour les cachets dans la production audiovisuelle

15.04.2024

Le SSFV vient de publier une information à la branche avec de nouvelles recommandations de cachets dans la production audiovisuelle.

Des cachets trop bas, un écart salarial flagrant entre les genres et les nouveaux défis de l’IA

Au cours des dernières années, la pandémie Corona ainsi que plusieurs enquêtes ont mis en évidence la précarité de la situation des revenus, et donc aussi de la protection sociale, des intermittent·es de la branche culturelle. Notre propre enquête (SSFV 2021) a confirmé que les comédiens et comédiennes étaient tout particulièrement concerné·es.

Entre 2010 et 2019, les comédien·nes professionnelles ont touché des cachets en moyenne très bas dans le cinéma et leurs cachets n’ont que très peu évolué malgré l’accroissement de leur expérience professionnelle. Et, malgré une formation achevée, des comédien·nes avec moins de dix ans d’expérience professionnelle n’ont généralement touché que des cachets minimes. Les femmes étaient de plus victimes d’une discrimination salariale spécifique au genre (écart salarial entre les femmes et les hommes) de 23% en moyenne.

Nouvelles recommandations communes des associations de comédien·nes pour les cachets dans la production audiovisuelle (hors publicité)*

En raison de l’échec en 2023 des négociations avec les associations de producteur·ices sur l’introduction d’un système de cachets indicatifs contraignant à plusieurs niveaux, nous publions conjointement avec les associations de comédien·nes Syndicat Suisse Romand du Spectacle(SSRS), ScèneSuisse - Association des professionnels des arts de la scène – et t. Professions du Spectacle Suisse, de nouvelles lignes directrices pour les cachets des comédien·nes professionnelles dans la production audiovisuelle. Elles comprennent trois tarifs afin qu’il soit tenu compte de la formation professionnelle et de l’accroissement de l’expérience professionnelle, et afin de réduire l’écart salarial entre les genres :

Tarif A: Fr. 1'650 brut
Cachet d’entrée pour les comédien·nes ayant achevé une formation d’acteur·ice ou qui remplissent certains critères alternatifs

Tarif B: Fr. 1'950 brut
Pour les comédien·nes expérimentées avec 10 -15 ans d’expérience professionnelle

Tarif C: Fr. 2'350 brut 
Pour les comédien·nes très expérimentées avec plus de 15 ans d’expérience professionnelle

Le cachet rémunère nettement plus que la journée de tournage

Le terme de cachet journalier usuel dans le cinéma, au niveau national comme au niveau international, est trompeur. Un cachet rémunère en effet bien plus que la journée de tournage en tant que telle : il comprend aussi l’ensemble du travail de préparation, à savoir l’étude du texte, le développement du personnage, les essais maquillage et costumes, les répétitions, ainsi qu’un jour de postsynchronisation et d’éventuelles apparitions dans les festivals ou dans les médias. Par ailleurs, le cachet comprend aussi la cession d’une grande partie des droits voisins et des droits de la personnalité. Le cachet doit donc rémunérer de manière appropriée l’ensemble du travail fourni et la cession des droits.

Nouvelles dispositions contractuelles nécessaires en raison de l’IA

Par ailleurs, les nouvelles lignes directrices se réfèrent aussi aux nouveaux défis - à régler contractuellement - qui se posent aux comédien·nes avec l’utilisation de l’intelligence artificielle (IA) générative.

 

* Les quatre associations de comédien·nes ont publié leurs propres lignes directrices pour les cachets et les Buyouts pour la publicité